Moule zébrée

Une vigilance de tous les instants, pour toujours !

Printemps 2022

Les plongées printanières de retrait de moules zébrées reprennent au lac Massawippi, pour un sprint de départ, inauguré le 2 mai dernier. C’est une étape cruciale du plan d’attaque structuré qui durera toute la saison. L’objectif est de renverser la tendance à tout prix en évitant la reproduction des jeunes moules établies en 2021.

COURSE CONTRE LA MONTRE

Les plongées printanières se feront en mode accéléré dans les prochaines semaines en collaboration avec le MFFP (ministère des Forêts, de la faune et des parcs), Explos-Nature et MCI (Memphrémagog Conservation Inc.). Les plongeurs de l’Aquarium du Québec et du Biodôme de Montréal se joindront à cette remarquable équipe scientifique au début de juin.

Parallèlement, Pêches et Océans Canada (MPO) procédera systématiquement et rapidement, tout l’été, à l’analyse des échantillons d’eau pour déterminer la présence de véligères, un indice fondamental du degré de reproduction. Les premiers échantillons de véligères ont été recueillis le 20 mai.

 

Automne 2021

Les premiers indices de contamination sont apparus le 15 octobre 2021.

Bleu Massawippi a immédiatement sonné l’alarme pour que tous les efforts soient déployés et qu’un plan d’action soit mis en place pour gérer cette situation de crise. Un comité de gestion de crise a été formé pour réunir Bleu Massawippi, le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Pêches et Océans Canada (MPO), COGESAF et la Régie du Parc Régional Massawippi.

Le comité bénéficie des avis d’Isabelle Picard, biologiste sénior chez Stantec

Dans un premier temps, le comité a géré les actions suivantes :

  • Fermeture temporaire des accès au lac SAUF pour la plage Massawippi avec lavage obligatoire à l’entrée et à la sortie
  • Plongées exploratoires les 20 et 22 octobre 2021
  • Échantillonnage de véligères le 28 octobre 2021
  • Inventaire en plongée du 1er au 5 novembre 2021
  • Bilan et plan d’action à moyen terme le 10 novembre 2021

Riverains, vous pouvez nous aider dans ce plan d’action en remplissant le formulaire INVENTAIRE-RIVERAIN en ce qui concerne votre propriété

Remplir le formulaire Inventaire-Riverain 

La moule zébrée dans notre région et notre lac

Depuis 4 ans, la moule zébrée envahit et contamine les Cantons de l’Est.  On la retrouve dans le fleuve St-Laurent et la rivière Richelieu, au lac Champlain, mais aussi au lac Memphrémagog, au lac et dans la rivière Magog ainsi que dans la rivière St-François. Particulièrement prolifique en 2021, on a vu sa population augmenter de façon très considérable aux lacs Memphrémagog et Magog.

En raison de son taux de calcium élevé, le lac Massawippi est reconnu par les experts comme le lac le plus vulnérable du sud du Québec. Elle s’y reproduira beaucoup plus vite et causera des dommages beaucoup plus importants qui modifieront irrémédiablement le visage du lac Massawippi.

Face à cette menace, Bleu Massawippi suit depuis 2017 un protocole de détection rigoureux et a multiplié les efforts de prévention.

 

Envahissante

La moule zébrée est un petit mollusque étranger qui, à maturité, n’est pas plus gros qu’un dollar. La femelle peut pondre jusqu’à 1,000,000 d’œufs par année. Espèce envahissante agressive, elle n’a pas de prédateur au lac Massawippi.

Dans son pays d’origine, la moule zébrée préfère les concentrations minima de calcium de 25,4 mg/l à 28,3 mg/l. Au lac Massawippi, nos tests 2020 relèvent des concentrations de calcium variant de 29 mg/l à 34 mg/l. Selon les experts, le lac Massawippi est le paradis de la moule zébrée, avec des conditions de reproduction optimales.

Lors de l’éclosion, les larves, appelées véligères, se trouvent en suspension dans l’eau durant 15 à 30 jours et se transportent facilement par les courants sur de longues distances. Elles s’accrochent alors à toutes les surfaces : embarcations, pagaies, gréments de pêche, skis, planches etc. Elle survit plusieurs jours hors de l’eau, particulièrement dans les recoins humides et est invisible à l’œil nu. La moule zébrée se propage par les personnes qui fréquentent des plans d’eau contaminés sans prendre les mesures de décontamination nécessaires.

Dommageable

Elle s’accroche par millions à toutes les parois solides : rocs, quais, bateaux, prises d’eaux, moteurs et elle colmate les prises d’eau potable. Elle s’attaque aux mulettes indigènes et, par son immense pouvoir de filtration, s’approprie tout le plancton nécessaire à la survie des poissons. On la qualifie d’espèce « ingénieure » parce qu’elle modifie les processus de l’écosystème qu’elle contamine.

En Amérique de Nord, la moule zébrée survit 3 ans. Sa coque très coupante se dépose alors au fond et s’accumule, des milliards de coquilles échouent sur les plages des lacs gravement affectés.

Son action filtrante augmente la transparence de l’eau. L’eau devient cristalline et laisse passer plus de lumière, ce qui favorise le développement des plantes en profondeur.

Une fois installée, la moule zébrée est indélogeable. Les dommages aux infrastructures publiques dans les grands lacs se comptent par dizaines de millions de dollars chaque année.

La seule solution = prévention

Lavez, videz et séchez tout ce qui a touché à un autre lac !

Ne jamais laisser quelqu’un introduire une embarcation sans un lavage minutieux au préalable. C’est la loi au lac Massawippi depuis près de 25 ans.

« La première année il y en aura quelques-unes et en 3 ou 4 ans, la population pourrait dépasser les millions vu les conditions idéales à sa prolifération. En 10 ans, les fossés et les berges du lac seront des tapis de coquilles de moules mortes. Les moules vivantes tapisseront les roches, les quais et les bateaux. »

14 août 2020, Isabelle Picard, biol. spécialiste de la moule zébrée, conseillère principale au protocole de la lutte aux moules zébrées pour Bleu Massawippi

Dernières nouvelles
Dons