Alerte - attention, moules zébrées détectées !
15 October 2021 - Alerte en cours

Nautisme Intelligent

Phase 2 (2019-2021)

L’incontournable préalable à la réglementation

Objectifs de la phase 1

  • Gérer les activités nautiques pour devenir le modèle canadien en matière de gestion de plaisance, de comportement responsable et de sécurité nautique.
  • Réduire les risques sur la personne et sur les biens.
  • Introduire le principe du respect du plan d’eau et de sa gestion écologique efficace tout en maintenant l’accès public aux plaisanciers de tous genres.
  • Publier un guide.

Objectifs de la phase 2

  • Documenter les normes scientifiques pour la protection des zones ciblées sur la base des 4 de 10 éléments identifiés en phase 1 : turbidité, espèces envahissantes, changements climatiques, sécurité.
  • Proposer, tester et implanter des méthodes d’intervention harmonisées au guide des administrations locales modernisé.
  • Publier et diffuser un mode d’emploi (boite à outils) pour faciliter l’autogestion ou à défaut, la réglementation, sur la foi de critères faciles d’application (le guide de la phase 1 est d’ordre général sur le concept, le mode d’emploi sera spécifique à toutes les étapes d’une intervention jusqu’à la réglementation si nécessaire).

Intervenir sans créer d’antagonisme

Le principe du respect du plan d’eau à partir de la création de zones sensibles a été établi, la popularité de l’idée ne fait aucun doute. Face à l’urgence d’agir, des dizaines d’administrations locales voient dans le nautisme intelligent un moyen d’intervenir sans pour autant créer d’antagonisme entre les différents acteurs.

La méthode se défend bien, se justifie bien et reste équitable. Si le lac Massawippi est devenu un modèle, que les outils développés ont fait leurs preuves et sont implantés ou en voie de l’être sur plusieurs lacs du Québec, le processus reste fragile.

Il est nécessaire de simplifier l’approche pour les administrations locales et de lui assurer une pérennité. C’est l’objectif de la phase 2.

Utiliser les menaces visibles pour obtenir le consensus

Pour y arriver, il faut compter sur l’expérience, le personnel scientifique déjà formé et la vision à long terme. Reproduire Nautisme Intelligent à l’identique sur d’autres lacs est faisable à relativement peu de frais et incontestablement souhaitable.

Durable et universel ? Certainement pas. Il faut réduire au maximum pour que le principe devienne une mentalité, tant chez les plaisanciers que pour les administrations locales.

Pour ce faire, la phase 2 propose de s’attaquer aux menaces que tout le monde voit et réprouve, plaisanciers, mais aussi acteurs économiques, élus municipaux, riverains. Au-delà de la norme scientifique stricte, utiliser la réprobation populaire pour obtenir le consensus est la seule voie durable.

Valoriser les administrations locales aussi bien que les plaisanciers

Les 4 facteurs ciblés en phase 2 sont importants scientifiquement, visibles et très majoritairement compris, nous le savons maintenant. Personne ne veut naviguer sur des eaux opaques ou dans des herbiers envahissants.

Tous les canadiens, mais très particulièrement les jeunes, sont inquiets des impacts des changements climatiques sans savoir comment intervenir. L’incidence sur la sécurité de l’établissement des zones sensibles doit être considérée, notamment quant à la densité.

En visant ces 4 questions hautement sensibles et connues du grand public, Bleu Massawippi initie une entreprise de valorisation des administrations locales et des plaisanciers : des actions concrètes avec un impact visible sur ce qui nous tient à cœur, voilà le meilleur argument, vers l’autodiscipline, tant collectivement qu’individuellement.

Donner des normes et des outils au BSN et aux administrations locales

Dans le cadre de la phase 1, Bleu Massawippi a pris part activement à l’initiative de modernisation du GAL (RRVUB). La notion de protection de l’environnement est maintenant implantée au BSN (Bulletins de la sécurité des navires).

Pour que cette modernisation prenne son plein effet, les administrations locales et le BSN ont besoin de normes et d’outils facilitants qu’on réclame à grands cris en milieu municipal depuis des années (FQM, UMQ, FCM).

Rentable et responsable

L’investissement vaut le coup : la deuxième phase, rendue possible grâce à l’ouverture majeure en matière environnementale qu’a constitué Nautisme Intelligent en seulement 2 ans, pourrait bien régler définitivement le débat sur la gestion, par Transports Canada, de la navigation de plaisance et de son impact sur les lacs.

L’environnement est, à n’en point douter, le grand enjeu de ce siècle. L’industrie de la navigation de plaisance est menacée par la dégradation des lacs aussi bien que les lacs le sont par la navigation.

Investir dans la recherche de solutions et de consensus est certainement rentable et certainement aussi, responsable.

Investissement phase 2 : 225,000$

 

 

Le Nautisme Intelligent dans les médias

La Tribune

Radio-Canada

The Record Sherbrooke

Le Reflet du Lac

Dernières nouvelles
Dons